Protection de l’identité : François Pillet veut « un fichier des gens honnêtes »

François Pillet, sénateur du Cher, est intervenu en séance, le 3 novembre 2011, en tant que rapporteur de la proposition de loi relative à la protection de l’identité qui était examinée en seconde lecture par la Haute Assemblée.

Le but assigné à cette proposition de loi, initiée par les sénateurs UMP, Jean-René Lecerf et Michel Houel, est de mettre en place les instruments susceptibles de renforcer la lutte contre la fraude à l’identité. Elle a été adoptée à l’unanimité par le Sénat.

Défendant l’idée d’une base de données qu’il a appelée « Le fichier des gens honnêtes », techniquement impossible à détourner de son vrai but, François Pillet a déclaré :
« Démocrates soucieux des droits protégeant les libertés publiques, nous ne pouvons pas laisser derrière nous un fichier que, dans l’avenir, d’autres, dans la configuration d’une Histoire dont nous ne serons pas les écrivains, pourront transformer en outil dangereux et liberticide. »Toujours dans le déroulement de l’Histoire nous aurions laissé possible la métamorphose perverse d’une idée protectrice. « Que pourraient alors dire les victimes en nous visant ? »Ils avaient identifié les risques et ils ne nous en ont pas protégés« . »Monsieur le Ministre, je ne veux pas qu’à ce fichier, ils puissent alors donner un nom, le vôtre, le mien ou le nôtre."